You are here
Home > Matin Libre > Promotion de l’alphabet ‘’Gbékoun’’ : 33 lettres pour écrire désormais toutes les langues

Promotion de l’alphabet ‘’Gbékoun’’ : 33 lettres pour écrire désormais toutes les langues

(Une découverte des chercheurs béninois)

 Feus Adigbè Togbédji de Dangbo  et Houessè Ayiyigbédékéin d’Abomey, sont les fils du Bénin qui ont fait la découverte de ce qui convient d’appeler l’alphabet universel ‘’Gbékoun’’. Présenté au public samedi 10 août 2019 à la bourse du travail de Cotonou, cet alphabet est composé de 33 lettres avec lesquelles l’on peut écrire et traduire les réalités de toutes les langues en langues africaines. Le bijou est exposé par les disciples de Adigbè et Houessè par le truchement d’une conférence publique au cours de laquelle ils ont essayé de convaincre l’assistance de la capacité dudit alphabet à fonctionner dans plusieurs dimensions et disciplines. En effet, la vision qui sous-tend la création de cet alphabet est de permettre enfin à l’Afrique de mettre en valeur ses langues, longtemps sous classées en patois. « Il s’agit des découvertes et œuvres de deux de nos concitoyens qui ne sont plus hélas de ce monde. Si le continent noir occupe aujourd’hui la place du continent sous développé ou démuni, c’est parce que nous avons commis le péché d’adopter les langues étrangères comme notre langue de travail » mentionnent conjointement les conférenciers pour indiquer clairement ce qui motive la nécessité de cet alphabet. Selon leur explication, cet alphabet peut permettre aux africains de tout faire désormais, de nommer nos réalités dans nos langues et de créer un système éducatif authentique pluridisciplinaire. Et à cet effet, un centre de formation est déjà mis sur pied pour outiller des formateurs. Il s’agit du centre d’éveil du Continent Noir appelé ‘’ Finfontèinmèwigbédjiton.  « Nous avons tort d’utiliser la langue du colon comme langue de travail » laisse entendre les conférenciers. Le ‘’Gbékoun’’, pour ce qu’on peut retenir est un alphabet authentique universel assorti d’un système d’éducation capable d’impulser désormais l’auto développement en Afrique. « Des instruments de géométrie sont créés dont entre autres : le ‘’Houézodjrè’’ appelé rapporteur en français qui fait 120 sections dont 60 sections donnent l’angle droit. Le ‘’Bädoyè’’ qui est l’unité principale de mesure de longueur, etc. Cette conférence publique est assortie d’un appel qui invite les gouvernants à divers niveaux à accorder du crédit à cette découverte salutaire qui permettra à l’Afrique en général et  au Bénin en particulier de se frayer son chemin de développement dans le concert des continents.

 

TG

Source: matin libre

Laisser un commentaire

Top