Achats de fournitures scolaires : Les parents stratèges face au stress financier

0 0

Après plusieurs mois de vacances, place aux préparatifs de la rentrée scolaire 2021-2022. La reprise prévue pour le 20 septembre prochain crée le stress chez certains parents. Mais d’autres anticipent en s’approvisionnant progressivement des fournitures scolaires.

Du cauchemar pour les uns et du tact pour les autres. Ainsi se présente l’état d’esprit des parents d’élèves à la veille de la rentrée scolaire du 20 septembre prochain. En ces moments de soudure accentués par la pandémie du coronavirus, les parents d’élèves se retrouvent dos au mur. En témoigne la faible affluence dans les stands installés de part et d’autre à Cotonou, Abomey-Calavi et environs. « A ce jour, je n’ai pas encore commencé à acheter les fournitures scolaires. J’attends la fin du mois pour le faire…Je dois avouer que c’est un casse-tête pour moi, car je dois puiser dans mon maigre salaire pour non seulement acheter les fournitures, mais aussi payer la scolarité de mes 6 enfants. A cette période de l’année, je ne dors plus bien », confie Bernard qui tarde à faire le premier pas. Comme lui, nombreux sont ces parents qui traversent assez souvent cette période tumultueuse de l’année. Selon eux, la gestion des vacances des enfants est une chose, mais la préparation de la rentrée en est une autre. « La gestion des vacances des enfants représente une charge, car ils doivent manger plusieurs fois dans la journée. C’est le moment de renouveler leur garde-robe, sans oublier les cours de vacances », indique M. Prudence Tossou, parent d’élèves, qui précise qu’il dépense plus de 120.000 FCFA dans l’acquisition des fournitures scolaires. A défaut d’acheter, certains parents viennent sur les stands s’enquérir du prix des kits. « Je n’ai pas encore commencé à acheter les fournitures scolaires de mes enfants. La fois passée j’ai cherché à connaitre le prix des accessoires et les montants fixés étaient élevés par rapport à mon porte-monnaie », confirme Alphonsine.

L’esprit anticipateur !
A l’opposé de parents attentistes, d’autres n’attendent pas les derniers moments pour l’achat des fournitures de leurs enfants. Didier Houéton laisse entendre qu’il met toujours l’achat des fournitures scolaires en priorité : « Pour un bon parent, préparer la rentrée scolaire est une préoccupation majeure. C’est un processus qui se réalisé progressivement. Pour me faciliter la tâche, j’ai souscrit à une tontine appelée “Adogbè Fourniture”. Cela me permet de ramener à chaque veille de la rentrée scolaire des fournitures comme des cahiers, dictionnaires, art de conjuguer, Bic, vrai dessinateur etc. Avec le ramassage de ces lots, la vie est un peu plus facile », ajoute-t-il. Colette Mehinto, quant à elle, a su s’organiser, même si le stress financier est permanent. « J’ai déjà débuté peu à peu avec les préparatifs, car au dernier moment les articles nous reviennent vraiment chers. C’est pour éviter tout cela que je n’attends pas la veille. Je vais prévoir les fournitures d’abord, j’attends les livres après », souligne-t-elle. Pour d’autres, la priorité est d’assurer d’abord les inscriptions, le reste se fera plus tard. « Pour la rentrée de mes enfants, je me suis renseignée à propos des fournitures de leurs nouvelles classes mais je n’ai pas encore payé. Cependant j’ai déjà fait leur préinscription », déclare Maman Délé.
Lauraine DANHA & Marlène MIGAN (Stags)

Fraternité

Leave A Reply

Your email address will not be published.