Bénin/Le sort des spoliés de la vaste escroquerie: Icc-Services : la balle dégagée vers Talon

0 1

« Remboursement Icc-Services: Hermann Mèton et sa troupe ne disent plus rien ». C’est ce titre qui était placardé en manchette de votre journal Matin Libre du lundi 30 août 2021. L’article s’est intéressé au sort des victimes de ‘’Icc-Services’’, cette vaste escroquerie à la pyramide de Ponzi, que le Bénin a connu il y a une douzaine d’années. Le dossier a été rouvert à la Criet il y a bientôt trois ans avec à clé le verdict du remboursement des montants spoliés aux ayants droit. Plus d’un an après la libération des cerveaux de cette affaire, Matin Libre ne voyant rien poindre à l’horizon, a donc interpellé la figure de proue de l’association des victimes qui s’est muré dans un silence alors qu’à ce procès médiatisé, toutes les langues étaient déliées et ont pu encenser le gouvernement de Patrice Talon et la justice béninoise. Vingt-quatre heures après la publication, Hermann Mèton s’est confié à la web Tv Guérite Tv Monde. On peut lire dans ses propos qu’il dégage le ballon vers le premier magistrat, le président Talon. Lire un extrait de son intervention. 

 

« Ce qu’on peut retenir concrètement par rapport au dossier Icc-Services qu’a connu la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, la Criet, c’est que les victimes, les spoliés sont toujours dans l’attente du remboursement. Ce remboursement qui tarde à être réalité vu les procédures qui n’aboutissent pas encore (..). Au départ, il n’y avait pas de responsable au niveau de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme pour gérer les fonds qui devaient être versés dans la caisse de la Criet, parce que lorsqu’on voit le contenu de la décision, il est dit que tous les fonds qui séjournent dans les caisses du Trésor doivent être transférés au niveau de la caisse à la Criet afin que ceux-là qui ont déposé à la barre soient dédommagés, et après le reste pour ceux-là dont les dossiers sont déjà préparés et déposés à la Criet. (…) Là maintenant on peut déjà dire qu’on attend qu’une seule décision, la décision du premier magistrat qui va instruire le ministre de l’Economie, le ministre d’Etat, je veux parler de M. Romuald Wadagni ; lui a son tour l’AJT afin que ces sous là  soient transférés des caisses pour le compte des déposants et des spoliés que nous sommes. (…) Le mot de fin que j’ai à dire c’est de demander au chef de l’Etat de nous aider parce que le social aussi c’est ça. Ce qu’on a là, c’est nos sous ; ce qu’on a vendu, les biens, ce qu’on a trouvé dans les banques c’est pour les victimes de Icc-Services. Nous ne demandons pas que l’Etat sorte de l’argent de sa caisse pour nous payer. Mais ce qui est là pour nous si on peut déjà mettre ça à disposition, ça va soulager beaucoup les spoliés que nous sommes »

Transcription : J.BOCO

Politique – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.