Can Cameroun 2021 : Après le fiasco de la Guinée, qui prendra la parole ?

0 0

 

La délégation béninoise est rentrée de Conakry sur la pointe des pieds ; les Ecureuils, la queue entre les jambes. Et puis, c’est l’omerta. Eliminés le mardi 15 juin 2021 au stade Général Lansana Conté par les Leones Stars de la Sierra Léone dans le cadre des éliminatoires Can Cameroun 2021, les Ecureuils du Bénin ont besoin d’avoir du cœur au ventre. Toutefois, des voix doivent s’élever pour prendre officiellement la parole après cette aventure avortée. Tombés aux portes de la Can Gabon 2017 après le désastre (5-2) au stade du 26 mars de Bamako le 4 septembre 2016, les Ecureuils ont subi un nouveau fiasco face à un petit poucet, la Sierra Léone.

 

Pour l’épopée de Bamako ; on pouvait de but en blanc accuser la crise qui avait mis la Fédération béninoise de football d’alors en lambeau, ce qui se révélait une patate chaude dans les mains du tout jeune et nouveau ministre des sports. Maintenant que cette crise relève du passé depuis trois ans et que le ministre aussi s’est bonifié pour sa longévité au poste, le peuple béninois meurtri par cette élimination tragique veut avoir des explications sur ce travail arabe qui a été fait. Alors, qui pour prendre la parole afin de situer les uns et les autres ? D’abord, si c’est la volonté politique, l’avis du chroniqueur est sans ambiguïté. « AGBON NON » a consenti de gros investissements jamais égalés pour révéler le sport béninois.

 

22 stades Municipaux sont sortis de terre comme des champignons. Cerise sur le gâteau, le stade Général Mathieu Kérékou somptueusement rénové reste aujourd’hui la grosse attraction. Donc, the game is other. Ensuite, il est important de faire part à l’opinion publique du bilan sportif de cette campagne à rebondissements. Enfin, donner des orientations pour attaquer la pente. Ainsi, les acteurs importants de la chaîne qui ont voix au chapitre doivent briser le silence et monter au créneau pour éclairer la lanterne du public sportif et du peuple béninois. En attendant les éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022 qui démarrent en septembre prochain, le ministère des sports et la Fédération béninoise de football doivent tour à tour arracher la parole pour l’exercice. Faut-il continuer avec le même sélectionneur ? Quelles seront les nouvelles missions qui lui seront assignées ? Quel est le plan de restructuration du football mis en place par la FBF après trois ans de gestion ? Quels sont les résultats attendus ? Quelles seront les attentes des béninois dans cette nouvelle campagne ?, etc. Autant de questions sur lesquelles le peuple veut être fixé.

 

Cette démarche s’avère indispensable pour ne pas brûler la chandelle par les deux bouts. Maintenant qu’on a lâché la proie pour l’ombre, la bataille pour la qualification à la Coupe du monde ne sera pas une partie de plaisir. Seuls les premiers de chaque groupe sont qualifiés pour la dernière phase (aller et retour). Donc, le chemin est long et parsemé d’embûches. Le peuple a besoin d’être rassuré par des voix autorisées. Comme l’affirmait cette allégorie de la chanson du célèbre artiste béninois Feu Stan Tohon: « C’est le vent a fait tomber le sorgho et le petit coq s’en est accaparé. Ce n’est pas la faute au petit coq mais plutôt au vent qui a tout détruit ». Alors, il faut libérer la parole.

 

Ambroise Zinsou

 

L’article Can Cameroun 2021 : Après le fiasco de la Guinée, qui prendra la parole ? est apparu en premier sur BeninSports.

BeninSports

Leave A Reply

Your email address will not be published.