Conduite en état d’ivresse à Cotonou et environs: Où sont passés les alcootests?

0 0

Juillet 2018, la police républicaine s’est dotée des alcootests pour réprimer la conduite en état d’ivresse sur les axes routiers. Toute chose qui devrait permettre de réduire considérablement les accidents observés notamment durant les week-ends. Seulement, depuis bientôt trois années, ces alcootests semblent avoir disparu de la circulation…

 

Que deviennent les alcootests annoncés à grand renfort médiatique par la police républicaine pour réprimer les conducteurs qui se retrouvent au volant en état d’ivresse ? Quel bilan fait-on de l’usage de ce dispositif des années après ? Présenté au public, l’alcootest devrait permettre de contrôler le taux d’alcool de tous les conducteurs de véhicules à quatre roues, trois roues et deux roues au Bénin. « Nous serons désormais présents  tous les week-ends sur nos axes routiers afin de contrôler tous les conducteurs de véhicules, car c’est pendant les week-ends qu’il y a plus de manifestations au Bénin », avait déclaré l’ancien directeur général de la police républicaine, Nazaire  Hounnonkpè. Ainsi, pour détecter le taux d’alcool, il suffit juste de souffler dans l’appareil,  qui à son tour va donner un signal rouge pour signifier que le conducteur a pris de l’alcool. L’utilisation de cet appareil permettra de réduire considérablement les cas d’accidents observés les week-ends, selon Nazaire Hounnonkpè. Mais ces nouveaux appareils offerts par le gouvernement à la police républicaine ont-ils finalement servi à quelque chose ? Difficile de le dire au regard du calme plat autour de cette initiative. En effet, quelques semaines seulement après la présentation des alcootests, plus rien n’a filtré à propos. Des conducteurs ivres ont-ils été interpellés ? Des peines sont-elles prononcées ? A-t-on évalué l’impact des alcootests dans la prévention des accidents de circulation ? En tout cas, pour certains observateurs, les flics républicains  n’auraient véritablement pas faire usage desdits alcootests. Qu’est-ce qui n’aurait pas marché alors ?  Selon d’autres sources, généralement, l’éthylotest, l’éthylomètre, l’alcootest est une technique d’évaluation de l’alcoolémie par mesure du taux d’alcool dans l’air expiré. Il existe deux types d’éthylotest : les éthylotests chimiques composés d’un réactif changeant de couleur selon le taux d’alcool dans l’air expiré, les plus courants nécessitant de souffler dans un ballon, et les éthylotests électroniques qui comportent une sonde sensible au taux d’alcool dans l’air expiré. « Nous sommes même très en retard. Dans beaucoup de pays, ce sont les peines correctionnelles, c’est-à-dire l’emprisonnement… Depuis 1917, la loi du 1er Juillet 1917 sur l’ivresse publique interdisait déjà l’usage de l’alcool au volant>> avait déclaré l’ancien Dgpr. S’il n’est pas rare de constater que des jeunes se font écraser ou sont à l’origine des accidents mortels à leur sortie des boîtes de nuit, il importe toutefois de se demander si l’option des alcootests reste une solution durable. Que deviennent les alcootests ? La question reste toute posée.

A.B

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.