Construction de salles de classes à Bohicon: Rufino d’Almeida fait la remise de sites

0 4

Le maire de la Commune de Bohicon, Me Rufino d’Almeida, a procédé, les 03 et 04 juin dernier, à la remise de sites aux entrepreneurs, adjudicataires des travaux de construction d’une dizaine de modules de trois classes chacun plus bureau et magasin dans plusieurs écoles. Cet acte  posé, en prélude à la rentrée prochainen est perçu par les usagers des écoles bénéficiaires comme une délivrance. 

 

Le locataire de l’hôtel de ville de Bohicon, homme de vision et de développement, joint l’acte à la parole. Et pour cause. Lors de sa campagne électorale, Me Rufino d’Almeida a promis à ses électeurs  de faire de la construction des infrastructures scolaires l’une de ses priorités. Longtemps floués par les politiques, beaucoup n’y avaient pas cru. Mais, la semaine écoulée, l’autorité communale a une fois encore prouvé à ses mandants qu’il a été élu pour les servir et non pour se faire servir. Ceci, à travers la  remise de sites  aux entreprises ayant à charge la construction des salles de classes dans les écoles des arrondissements de Passagon, de Lissèzoun, de Sodohomè, d’Agongointo, d’Avogbana et de Saclo. Dix modules au total, pour trente salles de classes dans une dizaine d’écoles, sont prévus pour cette première phase.  Ainsi,  sans tambour ni trompette, il met en œuvre son plan d’action de développement en lien avec les aspirations des citoyens et ses promesses électorales que d’aucuns avaient qualifié d’utopiques. Fils d’un enseignement, Me Rufino d’Almeida estime qu’il serait pour lui un crime  de ne pas offrir un cadre de formation, d’apprentissage et d’éducation adéquat aux enfants appelés à prendre la relève. C’est là tout l’intérêt qu’il accorde à l’enseignement de base.  Dans les écoles primaires publiques bénéficiaires de Fènagnonnou, de  Edjègbèmègon, de Koklofinta, de Alikpa, de Manaboè et autres, le constat témoigne de la pertinence de la politique de développement du maire qui met l’accent sur l’éducation des âmes fragiles. Car, il est inimaginable de remarquer qu’à Bohicon, des écoliers continuent encore d’apprendre sous des apatams. C’est réel et le spectacle laisse à désirer. A la rentrée prochaine, le maire pense donc rayer cette image  de ces écoles puisque  les entrepreneurs ont trois mois pour livrer le chantier et permettre aux enseignants et aux apprenants de travailler dans de bonnes conditions. La nouvelle a réjoui aussi bien les enseignants que les parents d’élèves qui n’ont pas hésité à l’exprimer par une liesse populaire. <<Sous mon mandat, j’ai opté pour le développement équilibré de Bohicon. Vos doléances seront progressivement satisfaites en fonction des moyens disponibles. Avec moi, il n’est pas question de faire un développement sélectif>>, a rassuré l’autorité communale. En se fondant en remerciement, les directeurs des écoles et les Chef des arrondissements (CA) concernés se sont engagés à soutenir les actions de développement du maire. <<Celui qui construit des écoles ferme les prisons>> a déclaré le CA de Saclo pour souligner l’importance de l’acte que pose le maire. Les jeunes de Koklofinta, qui autrefois, étaient hostiles, ont aussi fait  une confession de foi. Dans une déclaration lue par leur porte-parole, ils sont  maintenant convaincus  qu’avec Rufino d’Almeida, l’épanouissement de la jeunesse est garanti. <<Monsieur le maire, n’oubliez pas que la population de Koklofinta est votre bras droit>>  a-t-il dit.  Le CA Sodohomè a abondé dans le même sens. <<Vous êtes exceptionnel car vous transformez vos promesses en acte concrèt. Nous vous promettons loyauté et fidélité>> a laissé entendre Patrice Agonhèssou

 

Fernand Kinmahou

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.