Criet: Paulin Dossa, Joël Aïvo et Séraphin Yeto retournent en prison

0 3

Les procès des deux opposants au régime de Patrice Talon, Paulin Dossa et Joël Aïvo et de l’homme d’affaires, Séraphin Yeto, Pdg de Sonimex,  se sont ouverts à nouveau hier jeudi 5 août 2021, à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). Au terme des procès, les trois hommes retournent en prison selon la décision des juges. De nouvelles dates sont fixées.

 

Paulin Dossa, Séraphin Yeto et Joël Aïvo n’ont pas recouvré leur liberté hier au terme des procès qui les ont vus comparaître. Ils retournent en prison selon la décision des juges, en attendant la suite des dossiers.

Paulin Dossa et Joël Aïvo retournent en prison

Poursuivi pour « complot contre l’autorité de l’État béninois », le procès de Paulin Dossa  ouvert hier jeudi 5 août est renvoyé au 2 septembre 2021. A la barre, l’opposant au régime de Patrice Talon a plaidé non coupable. Le mis en cause, ne se reconnaît pas dans les faits mis à sa charge. Après son audition, le ministère public a demandé à la Cour de se déclarer incompétente afin que le dossier soit renvoyé en instruction. La Cour a alors renvoyé l’affaire au 2 septembre 2021. A cette date, les juges se prononceront sur la demande du ministère public. Paulin Dossa, un des vice-présidents du parti Les Démocrates, a été arrêté au même titre que plusieurs autres membres de cette formation d’opposition lors de la présidentielle d’avril 2021.

Pour sa part, la cour a rejeté la remise en liberté provisoire de l’universitaire et homme politique, en détention préventive depuis son arrestation le 15 avril 2021. Joël Aïvo et ses co-accusés restent donc en prison, selon la décision du juge des libertés. L’opposant et professeur de droit constitutionnel est poursuivi par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) pour des présumés faits de « blanchiment de capitaux et atteinte à l’autorité de l’Etat ». Le candidat recalé à l’élection présidentielle d’avril 2021, avait fait sa déposition devant Edibayo Joanna Dassoundo, juge des libertés de la Criet, suite au rejet, plus tôt dans la matinée, de sa demande de liberté provisoire, par le juge en charge du dossier, qui s’était également déclaré incompétent pour connaître du dossier et l’avait renvoyé en instruction. La magistrate Edibayo Joanna Dassoundo a rejeté la demande de remise en liberté provisoire formulée par Joël Aïvo. Les mandats de dépôts décernés à leur encontre en avril sont donc maintenus. Ils resteront donc en détention le temps de la suite de la procédure.

Séraphin Yeto et co-accusés, même sort

Poursuivis dans l’affaire de présumés trafic de drogue et corruption, Séraphin Yéto, Pdg de Sonimex, 04 cadres de Groupe Bolloré au Bénin et le commissaire de l’Ocertid, Constant Badé resteront en détention préventive. Ainsi en décidé le juge en charge du dossier à la Criet. Ouvert le 15 juillet 2021, le procès était à sa deuxième audience ce jeudi 05 août. Le juge en charge du dossier, le magistrat Guillaume Lally a rendu ses décisions concernant  la demande de remise en liberté provisoire des prévenus, ainsi que le renvoi du dossier en instruction. Mais la Cour a rejeté la demande de remise en liberté provisoire des prévenus et s’est également déclarée incompétente à connaître du dossier et l’a renvoyé en instruction. Les prévenus passeront alors devant la commission d’instruction de la Criet. Le procès s’est déroulé en l’absence de Séraphin Yeto, hospitalisé depuis le 15 juillet suite à un malaise à la fin de l’audience.

 

Th. A.

Politique – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.