Décès de Rosine Soglo: “Je parlerai d’elle toute ma vie“ dixit Maxime Houédjissin

0 0

Le Bénin pleure l’ancien député et ex première dame, Rosine Vieyra Soglo, épouse de l’ancien Président de la République, Nicéphore Soglo. Touché et affligé par la disparition de celle qu’il appelle affectueusement “Maman chérie“, Maxime Houedjissin, ancien député et grande figure politique de l’opposition, estime ne pouvoir jamais oublier cette amazone qui aura marqué l’histoire politique du Bénin.

 

“ Vraiment je parlerai d’elle toute ma vie“ a confié l’ancien député Maxime Houedjissin qui estime être très proche de l’ancienne première dame, Rosine Soglo. «Je suis très proche d’elle, plus proche d’elle que de son époux car, nous sommes des parlementaires et j’ai été son questeur… Je suis affligé et peiné même. J’ai un sentiment de désarroi et d’affliction » confie Dah Woudji Woudji. Selon l’ancien député, elle s’est révélée au peuple béninois comme une amazone, comme une femme très particulière. Et de poursuivre « Juriste, avocate de haut niveau, elle fut la première femme ayant mis l’accent sur la gent féminine au Bénin. Une femme de gauche donc très proche du peuple avec plus d’une vingtaine d’années d’opposition. Une maman avérée (Vidole), elle a beaucoup de cœur, elle tient parole et ne se laisse pas influencer mais ne cherche pas non plus à influencer.  Elle recule si elle constate qu’elle n’a pas bien apprécié. Elle a également une dimension de blague avec les intimes. Elle sait rappeler la nostalgie aussi“ témoigne Maxime Houedjissin. A l’en croire, c’est une femme forte qui ne sait pas faire économie de vérité. Celle-là même qui aura tout donné pour le parti la Renaissance du Bénin (RB). Pour Houédjissin, c’est l’aile la plus politique de la famille Soglo qui est partie. Elle est en intelligence positive dans la famille. De ces confidences à lanouvelletribuneinfo, Maxime Houedjissin admet que Rosine Soglo était souffrante ces dernières semaines mais ne s’attendait pas à un départ qu’il juge “précipité“. « On ne s’y attendait pas… Nous avons pensé qu’elle allait s’en sortir comme d’habitude. Hélas cette fois-ci, c’était vraiment le moment fatal pour elle », déclare-t-il. « Si la chance n’était de son coté, elle aurait pu perdre son deuxième fils après le premier qui est contraint en exil pour son opinion politique. On peut dire dans ses conditions que son décès est précipité », regrette Dah Woudji Woudji. « Ce n’est qu’avec elle que vous pouvez avoir une décision qu’elle soit favorable ou non. Elle est disponible et déjà à 9 heures, elle est déjà prête avec son âge. Vous discutez, elle peut vous choquer mais vous repartez avec une décision. Cela va manquer à la famille. Elle est proactive. Elle voit ce que vous voulez dire tout de suite, elle améliore et elle vous donne le résultat en même temps…Avec maman Rosine Soglo, j’ai parcouru tout le Bénin…on lui doit l’existence de la RB ; le label RB, on lui doit ça et ce n’est pas un parti qui doit disparaître », témoigne l’ancien député. Et de poursuivre «Partout où il n’y a pas la démocratie, maman Rosine n’est pas là…C’est vraiment une amazone…elle a servi le peuple ; elle s’est révélée à toutes les femmes du monde ». Un hommage mérité !

A.B

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.