Extradition ou non de Sunday Igboho: La Rupture tient une occasion d’améliorer ses rapports avec le Nigeria

0 0

Sunday Adeyemo, alias Sunday Igboho, le séparatiste nigérian arrêté à Cotonou dans la nuit du lundi 19 juillet 2021, et son épouse ont été auditionnés mercredi 21 Juillet 2021 par la police judiciaire béninoise. Le militant séparatiste yoruba recherché par les autorités nigérianes a été interrogé selon RFI, par les éléments de la police judiciaire notamment sur le fait qu’il aurait stocké des armes dans le vil dessein de déstabiliser son pays.

 

Déjà dès son arrestation, le Nigeria aurait formulé une demande express pour son extradition. Laquelle devrait lieu mercredi passé. Les autorités béninoises ont préféré en savoir plus sur les chefs d’accusation à son encontre. Raison pour laquelle il a été auditionné avec son épouse. Selon les médias locaux, le gouvernement béninois ne montre aucun empressement pour satisfaire à la demande d’extradition du Nigeria, bien que cela n’est pas exclu. Mais quand on y voit de plus près, tout laisse supposer que le gouvernement de la Rupture gagnerait plus en acceptant la demande d’extradition. De ça pourrait dépendre l’amélioration des relations bilatérales avec le géant voisin de l’Est. Le Bénin pourrait obtenir des garanties quant à la libre circulation de marchandises aussi bien locales qu’importées. Le marché Nigérian est trop important pour l’économie béninoise. Il n’y a qu’à voir les pertes enregistrées lors de la fermeture des frontières. Depuis les incompréhensions nées de cette fermeture, les relations n’ont plus jamais été au beau fixe. C’est dans ces conditions qu’est intervenue l’arrestation de Sunday Igboho et la demande de son extradition vers le Nigeria où il est recherché pour incitation à la création d’un Etat yoruba dans le sud-ouest du Nigeria. Si le Bénin acceptait cette demande, les relations entre les deux Etats pourraient s’améliorer. Mais d’un autre côté, il y a ceux qui, au Nigeria comme au Bénin, sont contre l’extradition de l’activiste, sous prétexte qu’il n’a commis aucun crime. Ils évoquent le respect des droits de l’homme, le droit à une justice équitable, choses qui, selon eux, ne seraient pas garanties si Sunday Igboho était extradé vers le Nigeria. Seulement, le gouvernement de la Rupture à qui ils s’adressent n’est pas aussi champion en la matière. Il n’y a qu’à voir la situation des opposants à l’interne. Ce qui veut dire que la thèse d’extradition a beaucoup plus de chance d’aboutir, si on tient surtout compte des enjeux économiques. Mais la décision finale revient au gouvernement qui devra aussi tenir compte de ce que disent les textes de la Cedeao, en de pareilles circonstances.

M.M

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.