Extrémisme violent et terrorisme: Des inquiétudes à Pèrèrè ?

0 1

Le Bénin, à l’instar de plusieurs pays de la sous-région, n’est pas à l’abri de l’extrémisme violent et du terrorisme. Alors que la question est au cœur de plusieurs études, la Commission nationale de lutte contre la radicalisation de l’extrémisme violent et du terrorisme semble prendre la mesure de la situation. La commission a d’ailleurs convié les élus communaux et locaux de la commune de Pèrèrè à une importante séance ce mardi 21 septembre 2021. Au cœur des échanges, les différents comportements à adopter pour sauvegarder la paix et la stabilité au sein de la communauté. La présente rencontre, élargie aux élus locaux, leaders d’opinion, puis aux dignitaires et autres responsables religieux de la commune, a permis de sensibiliser des élus locaux et des populations sur la menace. “Selon le commissaire de police en service au Secrétariat permanent de la Commission nationale de lutte contre la radicalisation de l’extrémisme violent et du terrorisme, Jacques Singbo, c’est sur les instructions du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique que cette rencontre a été initiée. « Il voudrait qu’on reste non seulement en haut, mais que nous descendions également vers les populations à la base pour les sensibiliser au vu d’un certain nombre de faits », a-t-il indiqué. «Lorsqu’on regarde également la situation géographique du Bénin par rapport au Nigéria, au Burkina Faso et au Niger, parlant des actes extrémistes, des accrochages entre les terroristes avec les rangers, puis des mouvements et autres immixtions des terroristes sur notre territoire, il va falloir prendre les mesures indiquées», a insisté le commissaire de police“ rapporte le quotidien du service public. Il a été donc question d’échanger avec les participants sur les facteurs de l’extrémisme violent, ses risques et ses conséquences. “Pour le prévenir, les comportements citoyens qu’ils doivent adopter, n’ont également pas été occultés. «Il s’agit d’attirer l’attention de nos populations à la base sur la menace terroriste qui est réellement à nos portes», a rappelé Jacques Singbo. « Il va falloir que chacun de nous se considère comme un maillon de la chaîne de sécurité et coproduise la sécurité. Informez ceux qui ne sont pas présents que nous devons désormais changer de comportements et que nous devons collaborer, puis matérialiser à partir d’aujourd’hui un environnement de vivre ensemble, en travaillant de jour comme de nuit avec les forces de défense et de sécurité publique et leur dénoncer tout comportement et tout étrangers suspects. Nous devons également nous rapprocher des chefs villages, chefs quartiers et de tout autre élu, pour leur dénoncer tout mouvement suspect. Il faut éviter que les extrémistes viennent s’installer sur notre territoire », a-t-il averti“ informe le média. La menace planerait-elle déjà dans cette commune ? La question reste toute posée.

 

A.B

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.