Journée internationale des droits des femmes: Les femmes de Mtn brisent les préjugés

0 0

Le 08 mars, le monde entier célèbre la Journée internationale des droits des femmes. Entreprise citoyenne qui fait de la promotion du genre son leitmotiv, Mtn marque l’événement de façon particulière. Cette année, le personnel féminin de Mtn Bénin s’est retrouvé à Golden Tulip pour un partage d’expériences sur le leadership féminin. Déborah Gnagne, la CEO de ASK Gras Savoye était la Guest-Star, aux côtés de la Directrice générale de Mtn Bénin Uche Ofodile.

 

C’est autour  du thème « Brisons les préjugés » que les femmes de Mtn Bénin se sont retrouvées pour célébrer la Journée internationale des droits des femmes. Journée de sensibilisation et de mobilisation afin de donner le pouvoir aux femmes et de combattre les inégalités, à Mtn Bénin, le 08 mars est une journée où on met la lumière sur le leadership féminin en invitant une femme cheffe d’entreprise à partager son expérience avec les femmes de Mtn. Cette année, le choix a été porté sur Déborah Gnagne, CEO de ASK Gras Savoye Bénin-Libéria-Sierra Leone. Ce qui entre en droite ligne avec le programme de développement des femmes mis en place par Mtn Bénin en 2018 pour mettre les femmes en valeur.

Dans son allocution de bienvenue, la Directrice générale de Mtn Bénin Uche Ofodile est partie de son expérience personnelle pour inviter les femmes à briser les préjugés. Personne ayant à cœur la défense des droits de la femme, Uche Ofodile est l’une des 3 femmes CEO du Groupe Mtn. Mais le chemin pour y arriver était parsemé d’embûches. Pour comprendre pourquoi il n’y a pas assez de femmes aux postes de responsabilité au niveau du Groupe Mtn, une enquête a révélé qu’autant de femmes entrent à Mtn que les hommes. Mais dès qu’on monte de palier, on remarque que le gap commence à se créer, le nombre de femmes est réduit. Deux hypothèses se présentent. Les femmes délaissent leur carrière pour se consacrer à leur vie de famille. Elles ne s’accrochent pas et ont peur de prendre des postes de responsabilité. L’analyse du rapport révèle que les préjugés sont à la base de cet état de chose. Ils constituent des obstacles qui empêchent les femmes d’évoluer dans leur carrière. Souvent même, les personnes, qui doivent prendre la décision, pensent protéger ainsi la femme. Ce sont ces préjugés que la CEO Mtn Bénin invite les femmes à briser.

A 36 ans et mère de 2 enfants, l’ivoirienne Déborah Gnagne est la CEO de ASK Gras Savoye. Elle a compétence sur trois pays, le Bénin, le Libéria et la Sierra Leone avec résidence à Cotonou. Après son baccalauréat à Abidjan, elle est allée faire le master en France. Mais c’est à Luxembourg qu’elle a décroché son premier job. Avec un patron très rigoureux et très exigeant, Déborah Gnagne n’a pas baissé les bras. « Tu dois avoir le dos large », cette phrase de sa génitrice résonne chaque fois dans sa tête et lui sert de motivation pour briser les barrières. Rentrée en Côte d’Ivoire, elle a été d’abord embauchée dans une société d’assurance avant d’intégrer Gras Savoye. 2 ans après, elle a se voit proposer le poste de CEO ASK Gras Savoye Bénin-Libéria-Sierra Leone. Son autre passion est l’agriculture. Elle est productrice de cacao depuis 6 ans. Aux femmes de Mtn, Déborah Gnagne recommande l’amour du travail bien fait, la rigueur, savoir écouter, prendre chez l’autre le meilleur en lui. « Vous avez la chance d’évoluer dans un environnement qui fait la promotion du genre. Vous avez une femme, Directrice générale, inspirez-vous d’elle, rapprochez-vous d’elle », sont les conseils de Déborah Gnagne aux femmes de Mtn qui ont saisi l’opportunité pour lui poser assez de questions.

 La partie détente a été assurée par la slameuse Harmonie Bill Catarya. Elle a magnifié la femme et partagé aussi son expérience de femme slameuse, lauréate du concours de slam en 2013. Il s’en est suivi des échanges questions-réponses avec la CEO Mtn Bénin Uche Ofodile et la CEO ASK Gras Savoye Déborah Gnagne. Les femmes de Mtn ont aussi suivi une formation avec l’analyste financière Francine Honkpehedji. La célébration a pris fin par un déjeuner.

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.