Le Baetbox au Bénin, un simple jeu ou un métier: Lionel Do Rego alias ‘’Agoudaboy’’ retrace le chemin de l’espoir

0 1

Dès ses débuts, il a fait de la chose juste une passion et il l’exerce pour son propre plaisir. Mais avec le temps, le jeune talent Lionel Do Rego que le monde du showbiz connais sous le pseudonyme de ‘’Agoudaboy’’ a commencé par s’appliquer réellement à cet art dont les techniques restent jusque maintenant parfaitement inconnus du bon nombre, le Baetbox. Une sorte de création d’instrumentale qui peut se réaliser avec un ordinateur et des mixeurs de son mais aussi avec la bouche, le larynx et la cavité nasale, ce qui est plus difficile.  Et c’est juste cette dernière option que  ‘’Agoudaboy’’ a choisi d’employer pour impacter son environnement immédiat dans le showbiz. Ce qui aujourd’hui lui réussit très bien et il en devient, pour le moins qu’on puisse dire, l’un des meilleurs qui captive l’attention dans le paysage artistique au Bénin. Et pour avoir remporté déjà des challenges couronnés de grand prix à cet effet, il redonne espoir à ceux qui hésitent  encore à faire du beat box un métier pour en vivre.  « Au tout début, le beat box je le faisais juste pour moi. Je le faisais dans ma douche; lors des petits freestyles au quartier. Je ne l’ai jamais fait pour vouloir gagner une compétition ou quoique ce soit dans ce genre jusqu’au jour où j’ai participé à l’événement ‘’Expodaho’’ qui avait organisé une compétition de talent. C’était à Canal Olympia à Wologuèdè. J’étais avec plusieurs talents de ma génération. Entre autre je peux citer de mémoire l’humoriste ‘’Fridaousse_Iffabi’’, ‘’Madara_Dusal’’, ‘’Lamrys’’ et j’en passe. Il y avait 3 catégories à savoir : la catégorie “danse” “chanson” et “art de spectacle” et Il y avait 3 membres du jury dont ‘’Fologozo’’. Je fus vainqueur de la catégorie “Art de spectacle” C’était le début d’une carrière professionnelle, c’était le début d’une belle aventure. J’ai rencontré de très bonnes personnes qui m’ont poussé dans ma carrière et qui continuent toujours de le faire », se souvient-il  comme si c’était hier. Une manière d’inciter ceux qui, comme lui, ont ce don et talent en eux, mais qui doutent encore de leur capacité à faire carrière, à s’y mettre afin d’espérer un lendemain meilleur.

 

Teddy G.  

Culture – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.