Non tenue du Conseil des Ministres: Sous la Rupture, pas de délégation du pouvoir

0 0

Mercredi dernier, le traditionnel Conseil des Ministres n’a pu tenir. Selon plusieurs médias, la raison serait liée à l’absence du chef de l’Etat du territoire national. Il ne fallait pas plus pour que les Béninois s’interrogent sur l’utilité de la Vice-présidente et du ministre d’Etat, Coordonnateur de l’action gouvernementale.

 

Ce n’est pas pour la première fois que le Conseil des ministres n’a pas eu lieu pour cause d’absence de Patrice Talon. Mais c’est la première fois que cela est source de polémique. Et pour cause, désormais le Bénin a une Vice-présidente. Pour certains, elle aurait pu présider le Conseil des ministres en cas d’absence du chef de l’Etat. Ils découvrent alors la ‘’vacuité ‘’ du poste et s’interrogent. Pour d’autres, c’est un désaveu pour le numéro 2 du gouvernement Abdoulaye Bio Tchané de surcroit Coordonnateur de l’action gouvernementale, à la faveur de la formation du 1er gouvernement du mandat 2021-2026.

Dans la Constitution, c’est l’article 55 qui évoque le sujet. On y lit clairement que c’est le président de la République qui préside le Conseil des Ministres. Il n’y a pas d’autres dispositions qui parlent d’une délégation ou non du pouvoir, en cas d’empêchement ou d’absence. Dès lors, il revient au chef de l’Etat de juger de la pertinence de déléguer ou non ce pouvoir, en cas d’absence. Par le passé, Notamment sous Boni Yayi, le ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki aurait reçu le pouvoir de présider des Conseils de ministres, en absence du chef de l’Etat.

Mais sous la Rupture, cela ne s’est jamais produit. Durant le 1er mandat, quand Patrice Talon est absent du territoire national, pas de Conseil des ministres. C’est cette même logique qui s’observe à l’orée de ce second mandat et qui, paradoxalement, stupéfait plus d’un. Ils s’étonnent que la particularité, cette fois-ci, d’une Vice-présidente et d’un ministre d’Etat, Coordonnateur de l’action gouvernementale ne change rien à cette habitude.

On sait que la Vice-présidente n’a de fonction que celle de la Grande Chancelière de l’Ordre nationale. Elle n’a aucun rôle dans l’exécutif si ce n’est poursuivre le mandat du chef de l’Etat en cas de décès ou d’empêchement. Alors si délégation de pouvoir devrait-il avoir pour présider le Conseil des ministres, c’est au ministre d’Etat et Coordonnateur de l’action gouvernementale Abdoulaye Bio Tchané que cela devrait revenir. Mais quand on sait que récemment il lui a été retiré certains privilèges comme celui du gouverneur du Bénin auprès des institutions financières internationales dont la Banque mondiale et la Banque islamique de développement, on ne devait pas s’attendre à ce que le chef de l’Etat lui délègue le pouvoir de présider un Conseil des ministres.

 

M.M

Politique – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.