Obligation de vaccination contre la Covid-19 au Bénin: Les syndicats haussent le ton, le gouvernement réplique

0 2

La décision du gouvernement de rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19 à une frange de la population notamment les acteurs du secteur de la santé est encore loin de faire l’unanimité. Ceci, bien que les autorités béninoises estiment faire référence aux dispositions de la loi portant protection de la santé des personnes en République du Bénin. Réunis vendredi dernier à la Bourse du travail, le Collectif des syndicats de la santé a haussé le ton pour dénoncer le fait. Une réaction qui ne laissera pas d’ailleurs le gouvernement, indifférent. Face aux professionnels des médias ce mercredi, 08 septembre 2021, le secrétaire général adjoint et porte parole du gouvernement, Léandre Wilfried Houngbédji a estimé que depuis quelques jours, il est observé  un engouement des populations à se faire vacciner dans les centres de santé. A l’en croire, la pertinence de rendre obligatoire la vaccination à certaines catégories répond à la nécessité de « la continuité du service public de santé ». “Il est utile de dire à nos amis syndicalistes dont certains évidemment sont déjà admis à faire valoir leur droit à la retraite, que le temps n’est pas à bander les muscles pour distraire leurs collègues d’aller se faire vacciner” ; a-t-il répliqué. L’urgence est plutôt de se serrer les coudes pour combattre la pandémie du Covid-19,  selon le porte-parole du gouvernement. Le gouvernement se devant d’assurer la santé publique aux populations et au regard de l’importance des agents de santé dans le dispositif pour assurer ce devoir, alors ils sont astreints à se faire vacciner. C’est donc clair qu’un bras de fer serait inutile dans un contexte de crise sanitaire et surtout avec les statistiques inquiétantes de ces derniers jours.

A.B

 

Voici la déclaration du Collectif des syndicats de la santé

Depuis 2018, les travailleurs du secteur de la santé vivent les pires cauchemars de leur existence. Aux menaces, tortures morales et actes de démotivation venant de partout, se sont greffées depuis bientôt 18 mois des contraintes liées à la pandémie de la Covid-19. Le personnel sanitaire est sollicité sur tous les fronts parfois, tel un troupeau de bétail condamné à s’exécuter sous peine de chicotte. Malgré les conditions de vie et d’exercice dégradantes, le personnel s’échine à la tâche Bouche bee, sans contrepartie à la hauteur de l’effort ni de sacrifice consentis.

Depuis près de six mois, le débat sur la mise sur le marché de plusieurs variétés de vaccins contre la Covid-19 semble caporaliser toutes les attentions. Les informations venant de l’occident ou les vaccins sont produits et ou le mal est plus ravageur ne sont pas du tout rassurantes. Malgré la recrudescence des cas graves et des décès, le Bénin présente une situation moins alarmante si l’on fait une étude comparative avec la situation du paludisme, des accidents de la voie publique et les autres maux qui impactent négativement la vie avant l’avènement de la présente pandémie.

Dans ce contexte, l’appel à la vaccination, comme seule alternative pour freiner le mal doit se faire avec pédagogie et arguments scientifiques, surtout que le Bénin dispose d’un protocole thérapeutique et d’un traitement présomptif ayant fait leurs preuves. Le document de consentement soumis à la signature des vaccinés renforce à suffisance la crainte et l’inquiétude de tous. Avant de vouloir rendre obligatoire la vaccination pour certaines catégories d’acteurs, le gouvernement n’a pas jugé utile de rassurer, de lever toutes les zones d’ombre, de s’engager à faire face sur au moins une décennie aux déconvenues que la vaccination pourrait engendrer. Le ministre de la Santé n’a plus tenu compte du partenariat et du dialogue fécond qu’il a promis aux syndicats le 2 juin dernier.

Qu’adviendrait-il si bon nombre de spécialistes ou de personnel soignant de compétence dont le secteur à besoin décident aujourd’hui de démissionner à la suite d’une telle décision. Dans la loi 2020-37 du 3 février 2021 portant protection de la santé des personnes en République du Bénin, qui semble servir de sous bassement à la décision, même si l’article 66 évoqué en Conseil des ministres n’est pas approprié selon notre compréhension, il existe dans cette même loi, l’article 7 qui stipule « Tout patient a le droit d’accepter ou de refuser un acte médical ou l’application d’un traitement médical ». De même que les articles 9 et 10 de cette même loi qui renforcent la liberté de choix du patient.

Monsieur le ministre, cette loi est-elle encore en vigueur aujourd’hui ?

Réunis à la bourse du travail ce vendredi 3 septembre 2021, après analyse des décisions issues du Conseil des ministres du 1er septembre 2021, les Secrétaires généraux des syndicats du secteur de la santé

1- Fustigent l’inexistence de débats préalables avec les acteurs dans le processus de la prise de décisions impactant aussi bien le secteur de la santé que la vie privée de ceux qui s’y exercent

2- Condamnent la décision du gouvernement visant à imposer la vaccination au personnel sanitaire dans les conditions actuelles

3- Invitent le gouvernement à une révision de cette décision, offrant le libre choix de vaccination à tous

4- Invitent le gouvernement à rassurer la population et lever les zones d’ombre diverses par une communication beaucoup plus scientifique

5- Invitent le gouvernement à revoir la clause de responsabilité du formulaire de consentement

6- Invitent le gouvernement à décentraliser la prise en charge des cas de Covid dans les hôpitaux en ce qui concerne les cas symptomatiques non graves

7- Invitent le gouvernement à organiser des débats sur ces sujets et rendre disponibles les données scientifiques réelles de chez nous pour appuyer leurs stratégies.

8- Invitent le gouvernement à poursuivre la sensibilisation de la population sur les mesures barrières et le recours précoce aux soins dès la manifestation de symptômes Covid

9- Invitent le gouvernement à mettre à disposition des hôpitaux et des formations sanitaires publiques comme privées des équipements de protection individuelle en quantité suffisante

10- Les syndicats du secteur de la santé invitent la population tant vaccinée que non vaccinée à observer scrupuleusement les mesures barrières et à consulter les soignants dès la manifestation de moindres signes évocateurs de Covid-19 pour une prise en charge précoce.

Pour finir,

Béninoises et béninois, très chers travailleurs du secteur de la santé, reconnaissez que vous avez une noble mission pour laquelle seul Dieu peut vous récompenser. Même si on vous chosifie, vous humilie et vous méprise aujourd’hui, faites consciencieusement et professionnellement votre travail. En ce qui concerne des sujets qui touchent votre existence, votre vie matérielle, seule votre conscience doit déterminer le choix à faire. Cher personnel du secteur de la santé, nous disons bien, seule votre conscience doit déterminer le choix à faire. Les Secrétaires généraux des syndicats du secteur de la santé souhaitent que cette décision ne crée pas une nouvelle source de tension, ni un bras de fer dans un contexte aussi stressant pour les uns et les autres.

Fait à Cotonou, le 3 septembre 2021

Pour le collectif des syndicats du secteur de la santé

Le porte-parole

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.