Plusieurs jours après le décès de l’ex première dame: Curieux silence des partis de la mouvance

0 5

Alors qu’elle est passée à l’autre bout du monde dimanche 25 juillet 2021, Rosine Vieyra Soglo est pleurée par plusieurs personnalités et partis politiques du Bénin et d’ailleurs, pour ce qu’elle a été. Seulement, c’est sans curieusement compter sur les formations politiques de la mouvance même celle qui grâce en partie à l’ex première dame, le contrôle du parlement a échappé en 2015, à la mouvance d’alors.

Décédée à 87 ans, la mort Rosine Vieyra Soglo retient toutes les attentions. En continuant de faire la une des journaux, de faire l’actualité et d’être au centre des débats aussi virtuels que physiques et ce depuis près d’une semaine, cette mort de la fondatrice du parti la Renaissance du Bénin (Rb) a été à l’aune donc des messages de condoléances et de compassions à l’endroit de sa famille, une préoccupation plus que nationale. Ceci, pas seulement parce que la défunte aura été uniquement la “première” première dame de l’ère du renouveau démocratique du Bénin ou encore femme politique. Mais, parce que la présidente de l’Ong Vidolé s’est illustrée le long de son parcours politique comme étant une femme de caractère, qui ne faisait pas la langue de bois. C’est d’ailleurs du haut de cette empreinte qu’elle a su donner en tant que femme au gotha politique du pays, que sa mort suscite beaucoup de réactions. Au nombre donc de ces réactions, figurent celles du Chef de file de l’opposition Paul Hounkpè du parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), du premier responsable du parti Les Démocrates (Ld) dirigé par Éric Houndété, de Candide Azannaï de Restaurer l’espoir (Re), de l’ancien Président Boni Yayi…; à l’instar de la bactérie de personnalités politico-administratives qui se succèdent dans leurs messages de reconnaissances et de condoléances. Mais au même moment, motus chez les formations politiques de la mouvance. De l’Union progressiste (Up) au Bloc républicain (Br) en passant par les autres partis politiques satellites de la mouvance, rien n’a bougé de ce côté. Aucune réaction, du moins officiellement. Alors que la défunte avant de s’opposer à l’actuel Président de la république s’est battue politiquement aux côtés des responsables de ces formations politiques taiseuses sous le régime de Boni Yayi, nul ne saurait expliquer pour l’heure, l’absence de ces condoléances qui ne coûtent pourtant rien, aux partis politiques concernés. Là où la suspicion pourrait perdurer, c’est du côté du Parti du renouveau démocratique (Prd), que Rosine Vieyra Soglo n’a pas manqué d’épauler dans une situation très décisive de la démocratie béninoise. En témoignent sa conduite et ses prises de positions en tant que doyenne d’âge, lors de l’inoubliable élection du bureau de l’Assemblée nationale, pour le compte de la septième législature. Car en effet, selon beaucoup et vu le déroulé des choses notamment la gestion des procurations et des conciliabules pour le contrôle du perchoir par le président du Prd Adrien Houngbédji à l’issue de cette élection, Rosine Vieyra Soglo aura fait preuve de beaucoup d’indulgence et de dextérité, au profit de l’opposition d’alors. Même si cette théorie n’a jamais été publiquement reconnue, elle n’a jamais été démentie par les concernés non plus. Si donc à la mort de cette figure emblématique de la vie politique et démocratique béninoise, aucune réaction officielle n’est jusque-là observée de ces formations politiques ou de leurs responsables, il est évident que cette attitude semble être plus que curieuse. A moins que les concernés dont au premier rang le leader du Prd, aient des motivations extrinsèques d’agir ainsi.

J.G

Politique – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.