Pour avoir fait allégeance à Daagbo le dieu de Banamè: L’artiste chanteur Gbèzé Zèguèzougou jette le masque

0 0

(Cela ne fait plus l’ombre d’un doute…)

Depuis le week-end écoulé, précisément le vendredi 29 octobre 2021 dans la soirée, une curieuse vidéo a commencé par alimenter de vif débat sur la toile. Il s’agit d’un petit film de prestation artistique où l’on voit clairement l’artiste chanteur de la musique traditionnelle Tchingounmin, Gbèzé Zèguèzougou, se produisant lors d’une manifestation devant celle que le monde entier connaît aujourd’hui sous le sobriquet de Daagbo dieu de Banamè, dame parfaite.

 

Dans la vidéo réalisée lors des cérémonies consacrant les funérailles de la mère de l’ancien Père Mathias Vigan devenu Pape Christophe XVIII de l’église de Banamè,   l’artiste Gbèzé, à genou, exaltait carrément le dieu de Banamè et lui adressait des propos apologiques à travers sa chanson qu’il exécutait tout fiévreux  avec ferveur et enthousiasme. Une attitude qui, aux yeux de certains internautes, certainement fans de l’artiste, paraît irrecevable, puisque n’ayant pas eu l’information, jusqu’à l’acte, que leur artiste confessait déjà ce dieu de Banamè et recevait par ailleurs sa bénédiction. Les commentaires fusent de toute part et allaient dans tous les sens. Qui pour adresser des propos de déception, qui pour manifester de l’indignation et qui pour commencer par mettre une croix sur leur amour pour l’artiste. Cependant l’artiste ne s’en soucie pas. Se confiant à un certain Donou Roland, il a profité de l’occasion d’un audio fait en langue Mahi, pour dire ce qu’il pense « monsieur Donou Roland reçoit mes salutations. Moi on m’appelle Tokponho Gbèfognon Modeste et mon nom d’artiste est Gbèzé Sounyikoubohouégnikpo  Alomanhozoki. S’il y a des gens qui ont du temps à moudre laisse les parler. Partage massivement tout ce que je vais dire dans cet audio pour qu’ils m’entendent très bien. Lorsque Jésus était venu dans le monde pour affirmer qu’il est le fils du Dieu vivant, est-ce qu’il y a quelqu’un qui a cru en lui ? Mais aujourd’hui c’est ce Jésus que tout le monde s’acharne à adorer sans cesse. Et c’est pratiquement devenu leur pain de chaque jour. Maintenant Daagbo, le dieu des autres, que dis-je?, du monde entier, qui suis-je moi Gbèzé pour aller faire une prestation devant lui et ne pas fléchir les genoux. C’est moi qui infirmerais ce que le monde entier est en train d’approuver déjà? Les hommes pensent quoi même? Le Seigneur lui-même n’a-t-il pas exhorté dans les écritures que celui qui souhaite devenir le maître n’a qu’à commencer par être serviteur ? Et si on considère que moi je suis une personnalité digne du nom et que je vais me retrouver avec une autre personnalité qui n’est pas de mon rang mais d’un rang plus élevé, qu’aurais-je à ne pas faire allégeance ?  Et j’en profite même pour dire que dorénavant si Daagbo me convie encore pour une autre prestation, je peux même faire l’option de rester torse nu pour me produire et mordre la poussière à ses pieds. N’en déplaise à quiconque, c’est un dieu.  Si Jésus a existé et qu’on n’a pas véritablement cru en lui, ce n’est pas en Daagbo que les gens vont croire tout de suite.  Les autorités à divers niveaux aussi bien ici au Bénin qu’à travers le monde vont vers la personne et font allégeance. Et tout ce qu’elle fait depuis tout ce temps n’a pas encore reçu une opposition farouche et continue de prospérer ainsi et on dira qu’elle n’est pas dieu. Et c’est ma modeste personne de Gbèzé qui viendra dire qu’elle n’est pas dieu? Si quelqu’un parle, laisse les parler. Moi je sais que Daagbo est dieu. Je n’ai rien contre elle pour aller faire ma prestation devant elle et ne pas lui faire allégeance. Ce que je chante c’est Dieu qui m’a donné mon art. Et j’irai devant dieu et ne pas faire  allégeance ? Ce que je m’en vais même demander, vous et moi savons que depuis un certain temps dans ce pays, si vous commencez par faire quelque chose qui ne plaît pas aux décideurs, il y a des voix qui vont vite écourter l’accomplissement de votre projet. Et  pourtant c’est aux yeux et à la barbe de ceux qui sont habilités à dire que Daagbo n’est pas dieu que j’ai fait ce que j’ai fait. Je n’avais pas envie de réagir mais à l’allure où les choses vont, j’ai voulu livrer une partie de mon point de vue. », confie l’artiste pour indiquer qu’il reste droit dans ses bottes et assume sa position par rapport à la question.

 

Teddy GANDIGBE        

Culture – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.