Production du film ‘’Sènan’’: Le casting a démarré dans la matinée de ce mercredi

0 0

(Un court métrage pour instruire la jeunesse)

Ils sont nombreux à répondre présent, mercredi 25 août 2021, à l’appel à casting lancé par le jeune réalisateur Jonas Aimé Anagonou alias ‘’Anajaime’’ et son équipe sur le campus universitaire d’Abomey Calavi, précisément à l’amphithéâtre ‘’Téléthon’’. « ‘’Sènan’’, c’est un court métrage qui nous renvoie sur les pratiques déviantes de la jeunesse. C’est un film qui est essentiellement basé sur les tares de la jeunesse qui représente un frein pour son épanouissement. Ce sont des attitudes qui gangrènent et hypothèquent leur avenir, mais elle ne s’en rend pas compte.  Donc, comme vous l’auriez constaté, Sènan, c’est le personnage principal du film sur qui repose le poids même de la trame. Elle est partagée entre avenir et grossesse », explique le réalisateur pour faire toucher du doigt le contenu du scénario qui fera l’objet du tournage de ce court métrage. Ainsi, la trentaine d’acteurs qui ont postulé à l’appel ont commencé par être auditionnés et testés sur des scènes précises devant des acteurs assermentés du septième art qui n’hésitent pas sur les exigences auxquelles les différents acteurs seront confrontés tout le long du tournage s’ils étaient pour tel ou tel rôle. « Le film doit être réaliste et donc ceux qui doivent y figurer doivent aussi faire preuve de réalisme afin que l’objectif que nous nous sommes fixé sur ce projet soit atteint.  C’est vrai que nous faisons avec les moyens de bord mais nous allons faire de notre mieux pour que les Béninois et les amis cinéphiles en particulier puissent apprécier le produit que nous leur apportons », souligne le jeune réalisateur pour afficher la rage et la détermination de réussite que son équipe et lui aliment autour de ce projet. La particularité de ce film selon Jonas Anagonou, c’est qu’il aborde un sujet qui semble être connu de tous, mais qui en vérité est en train d’être perdu du vu. Et c’est justement cela qui explique l’accroissement du mal que cette trame, dont le directeur artistique est Jean Philip Alabi,  souhaite dénoncer afin de tirer la sonnette d’alarme et corriger le tir.

Teddy GANDIGBE 

Culture – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.