Projet de facilitation d’engagements pour la Biodiversité: Pour enrayer le déclin de la biodiversité d’ici à 2030

0 1

Du 5 au 6 août 2021 s’est tenu au Golden Tulip Hôtel de Cotonou, l’atelier national de lancement du projet et de restitution des résultats de l’évaluation et hiérarchisation des menaces portant sur la biodiversité au Bénin. Ceci, entre dans le cadre du Projet de facilitation d’engagements pour la biodiversité  (BIODEV2030), mis en œuvre avec le soutien administratif et technique de l’Ong Eco-Bénin qui travaille en étroite collaboration avec la Direction générale des eaux forêts et chasses (Dgefc) et le point focal de la convention sur la diversité biologique, sous la coordination du Programme de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (Uicn) en Afrique Centrale et Occidentale.

 

Démarré en février 2021 au Bénin pour une durée de 17 mois, BIODEV2030 a pour objectif de créer les conditions d’un dialogue national impliquant les parties prenantes autour de secteurs économiques stratégiques et pertinents dans chaque pays. Ce dialogue vise à catalyser des engagements volontaires nationaux et sectoriels concrets permettant de réduire les pressions sur la biodiversité au cours de la prochaine décennie. Les contributions volontaires de ces acteurs constitueront un grand pas vers la construction d’objectifs communs ambitieux visant à stopper le déclin de la biodiversité d’ici 2030 et à restaurer la biodiversité d’ici 2050.

Cet atelier a donc pour objectif d’enrayer le déclin de la biodiversité d’ici à 2030 et restaurer la biodiversité d’ici à 2050 et vise à partager les résultats des évaluations de l’état de la biodiversité et des différentes menaces qui pèsent sur elles et à identifier deux ou trois secteurs (ainsi que leurs sous-secteurs) qui impactent le plus sur la biodiversité.

Composé d’experts du domaine, des représentants des ministères sectoriels, de chercheurs, des membres de la société civile et des faitières privées et les partenaires techniques et financiers, l’atelier aura permis de non seulement mûrir des réflexions sur les connaissances scientifiques récentes, de l’état de l’accélération de la perte de biodiversité et des services écosystémiques, et le risque plus que jamais plausible d’extinction massive des d’espèces dans les toutes prochaines décennies mais aussi de faire travaux préalables sur les engagements volontaires mais également d’apporter des contributions à la dynamique de gestion durable de la biodiversité au Bénin.

En effet, le Rapport 2019 sur l’évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques de la Plateforme Intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes) estime qu’un million d’espèces animales et végétales sont menacées d’extinction. La santé des écosystèmes dont nous dépendons et dont dépendent toutes les autres espèces se dégrade aujourd’hui à une vitesse sans précédent. Cette situation affaiblit les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie à travers le monde, et entraîne en outre des risques matériels, économiques et financiers.

Lors de la cérémonie officielle de lancement du projet, vendredi 6 août 2021, Constant Godjo, secrétaire général du ministère du Cadre de vie et du développement durable (Mcvdd), au nom du Ministre, a témoigné de l’engagement du Mcvdd à accompagner cette noble thématique sur la biodiversité. Notons au cours de cette cérémonie, la présence du Directeur général des eaux, forêts et Chasses, le Colonel Rémi Hefoume, du Directeur de l’Agence Française de Développement-

Benin Jérôme Berthrand-Hardy et du représentant de l’Ambassadeur de France près le Bénin, Lucien Bruneau

 

A.F.S.

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.