Qualité du “Pure water“ commercialisé au Bénin: «Environ 58% est de très mauvaise qualité », selon Samou Adambi

0 0

La problématique de la qualité de l’eau vendue en sachet communément appelée “Pure water“ au Bénin refait surface. Intervenant ce mardi, 29 juin 2021 sur la télévision Canal 3, le ministre de l’eau et des mines, Samou Séïdou Adambi a fait savoir que l’eau servie aux populations est de qualité douteuse et les expose à de graves maladies. « Le constat est que la plupart de ce qu’on nous vend, environ 58% est de très mauvaise qualité. Et donc, expose nos compatriotes à de graves maladies dans cinq ou dix ans », a-t-il souligné. Faisant référence à la campagne annuelle réalisée en 2020, l’autorité ministérielle a confié que tout est parti d’un recensement de 466 unités de production déclarées, sur un effectif probable de 1200. La campagne de vérification de la qualité de l’eau a été menée sur 346, soit environ 75% donc de ces 466. « Le constat, est que la plupart de ce qu’on nous vend comme eau, ce n’est pas de bonne qualité. Les conditions de fabrication ne sont pas réunies. C’est dans des zones insalubres. L’environnement laisse à désirer et personne ne contrôle la qualité de cette eau, l’eau de forage, l’eau de puits et même l’eau de la Soneb. Ce sont les trois sources », a déclaré Samou Seïdou Adambi. Face au fait, des mesures subséquentes sont annoncées pour garantir le bien-être des populations béninoises. « Nous avons décidé de fermer systématiquement, toutes les unités de production, où nous avons des eaux avec un taux de fluor supérieur à 2,5 mg par litre ou de nitrate supérieur à 70 mg /L. Les puits ordinaires que nous connaissons, il faut les fermer automatiquement. On ne peut pas vendre cette eau aux gens, impossible. Là où l’environnement est insalubre, qu’on peut aménager, on les a suspendus, le temps que les propriétaires se mettent en règle. Les directions départementales ont été donc appelées à faire un suivi. La plupart de ces unités, environ 80% n’ont aucune autorisation de prélèvement. Or, lorsque vous prélevez de l’eau, que vous vendez, vous devez avoir l’autorisation préalable du ministère de l’Eau et des Mines. Et vous êtes suivis par le ministère du Cadre de Vie pour que l’environnement soit sain, pour que l’eau que vous vendez à vos compatriotes soit de l’eau potable. C’est une obligation de l’Etat », a fait savoir l’autorité ministérielle.

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.