Quotidien “La Nouvelle Tribune”: Retour au kiosque après trois ans de disette et de combat

0 3

Suspendu pour “insultes et atteinte à la vie privée du Chef de l’État” le 26 juillet 2018, le quotidien “La Nouvelle Tribune” peut désormais faire son retour au kiosque. C’est ce qu’a en effet décidé la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), ce 4 août 2021, à travers une décision signée de son Président, Rémi Prosper Moretti. Une décision qui fait rappeler trois années de combat et de brouille.

 

Ouf de soulagement pour “La Nouvelle Tribune”. Quotidien d’information, d’analyse, d’investigation et de publicité, il a été sommé il y a un peu plus de trois ans par l’équipe précédente de la Haac, de mettre un terme à ses parutions. En cause,  des chroniques publiées sur le Chef de l’État par un collaborateur extérieur, régulièrement dans les colonnes de ce journal ont été pointées du doigt par Adam Boni Tessi et son équipe. Lesquelles chroniques paraissaient en son temps par l’organe de régulation des médias, désobligeantes. Ainsi, sans rappel à l’ordre au préalable, le média a été subitement, à l’aune de ces constats de la Haac d’alors, accusée ” d’injures et d’atteinte à la vie privée” du Président Patrice Talon. Par cet effet d’annonce, le journal de Vincent Folly, après une audition devant la commission d’éthique de cette institution, a été mise en demeure et frappée par ce biais, d’une mesure conservatoire. Nonobstant ce qui a semblé être des excuses “forcées” du journal, c’était sans compter sur la détermination de la faîtière. Autrement, l’organe de presse sera purement et simplement interdit de parution à partir du 26 juillet 2018 et ce, jusqu’à nouvel ordre. Malgré les contestations et dénonciations aussi bien sur le plan national qu’international qui ont suivi cette décision à la mesure “imprécise”, la Haac n’a pas fléchi. Face donc à l’impossible, le promoteur de ce journal  a jeté son dévolu sur la justice. Par ce truchement, Vincent Folly et son équipe gardaient à cœur, l’espoir d’un dénouement heureux mais surtout rapide. Car pour ces derniers, cette suspension en plus d’être injuste était également une embûche, qui ne saurait être tolérée dans un pays qui se dit favorable à la liberté d’expression et de presse. Appuyé et soutenu par certains médias, “La Nouvelle Tribune” est allé jusqu’au bout de sa motivation, en estant la Haac et son Président en justice deux mois après cette suspension. Une justesse qui s’était traduite de la première instance le 22 octobre 2018 jusqu’en appel le 16 mai 2019, par la condamnation de cette mandature de la Haac et principalement son Président, en lui ordonnant  de lever cette condamnation. Sans quoi, l’ancien Comptable de l’Ortb devenu Président de cette institution mise en cause devra payer sous peine d’une astreinte comminatoire, une somme de 500.000 F Cfa par jour de résistance. Seulement, Adam Boni Tessi aura résisté jusqu’à la fin de son mandat. Ceci, en foulant au pied cette injonction des juridictions nationales. Sans grande marge de manœuvres, Vincent Folly était obligé de se rabattre sur le site d’informations du journal, afin que ce dernier ne meurt guère. Réhabilité après trois ans donc de combat par la nouvelle administration de la Haac, le pionnier de ce journal aura eu le mérite de ne courber l’échine, durant toute la période de cette suspension. Satisfait et ému de cette décision qui autorise à nouveau “La Nouvelle Tribune” à paraître, il n’a pas caché sa joie au micro du quotidien “Le Matinal”, quelques heures après l’officialisation de la nouvelle. Pour peu que cette joie qui entraîne à tout point de vue celle des employés du journal, lève un coin de voile sur une nouvelle approche entre la Haac et les médias au Bénin.

J.G

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.