Rentrée année scolaire 2021-2022: Vers des classes sans enseignant sur 9 mois ?

0 0

« A ce propos, aux termes de l’article 66 de la loi portant protection de la santé des personnes en République du Bénin, l’Etat peut rendre obligatoires certains vaccins pour une frange de la population ». A la faveur donc de ce libellé du conseil des ministres en date du 1er septembre 2021, le gouvernement  a décidé de rendre obligatoire la vaccination contre la COVID-19 pour le personnel médical, paramédical, pharmacien, aides oignant de même que pour le personnel administratif des formations sanitaires publiques et privées, comme pour le personnel des officines pharmaceutiques. Aussi a-t-il instruit les ministres, les responsables de toutes les institutions publiques et de toutes les structures privées à l’effet de recommander fortement la vaccination contre la COVID-19 à tous leurs agents. Ce qui a conduit l’Exécutif à faire ensuite l’option de recommander « la vaccination à toute personne âgée de plus de 18 ans, notamment le personnel enseignant et administratif des établissements publics et privés avant la rentrée des classes, les étudiants, le personnel militaire et paramilitaire, les taxi-motos, toutes personnes entrant ou sortant du territoire national », a été faite. Depuis hier lundi, des ministres à travers des notes circulaires ont commencé à imposer les vaccins dans leurs départements respectifs. La note circulaire du  ministre de la santé date du  3 septembre. Le ministre en charge des enseignements secondaire, de la formation technique et professionnelle, lui, a à profiter de la l’organisation prochaine des Journées pédagogiques des enseignants (Jpe) pour signer et rendre publique une note en date du 6 septembre. Dans la note, il invite les directeurs départementaux des enseignements afin qu’ils sensibilisent  « les responsables administratifs et pédagogiques des collèges et lycées d’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle et les enseignants dans leurs départements respectifs à se faire vacciner ». Ceci n’est qu’un avant-goût de ce qui se passera la rentrée. La condition pour entrer dans les classes et dispenser son cours pourrait être la vaccination. Quand on sait qu’en dépit des assurances des autorités gouvernementales la polémique et la réticence persistent, quel sort pour les enseignants résistants ? Combien seront-ils à passer au vaccin ? Au cas où beaucoup d’enseignants ne le feraient pas et jetteraient le tablier, puisque ça rouspète déjà, le gouvernement qui n’a pas encore fini de combler le gap en enseignants partout sur le territoire, aura—t-il du répondant pour contourner ces cas ? N’y aura-t-il pas finalement des salles sans enseignant dans la foulée, et ce durant toute l’année scolaire ? Autant de questionnements au niveau de certains acteurs du système éducatif notamment les parents.

 

Worou BORO

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.