Report du spectacle intitulé ‘’Tassi Hangbé, la reine amazone’’: Florent Couao-Zotti reproche le manque de concertation à l’Ifb

0 0

Le spectacle de théâtre intitulé ‘’Tassi Hangbé, la reine amazone’’ dont la mise en scène est assurée de main de maître par Ousmane Alédji est reporté. Prévu pour se dérouler consécutivement à deux endroits à savoir l’Institut français de Cotonou (Ifb) et à l’espace culturel Artistik Africa, cette manifestation, à la grande déception des amoureux du théâtre, n’aura plus lieu. En tout cas plus le vendredi 1er octobre 2021 à l’Institut français de Cotonou. Et la raison est simple. L’institut l’a purement et simplement reporté à une date ultérieure. Cependant, ce n’est pas le report qui est gênant. Mais plutôt la manière dont il est fait. « J’en veux à l’institut français de Cotonou », s’indigne l’écrivain dramaturge Florent Couao-Zotti dont l’œuvre intitulée ‘’Tassi Hangbé la reine interdite’’ a inspiré la création dudit spectacle. Pour lui il n’a pas digéré la manière dont l’Institut français de Cotonou a reporté ce spectacle qui était parti pour relancer les activités de la compagnie ‘’Agbo N’koko’’. A l’en croire, l’Institut aurait pu le consulter et avoir son avis avant cette importante décision du report. « Il est des décisions qui me semblent incompréhensibles, inexplicables voire suspectes et dommageables dans leur façon d’être rendues », s’offusque le dramaturge avant de dévoiler le réel motif de sa douleur. « Cela fait des mois que le spectacle ‘’Tassi Hangbé la reine Amazone’’ inspiré de ma pièce,  ‘’Tassi Hangbé la reine interdite’’ a été créé. A l’instigation de Coline Toumson Venite Lee, l’ancienne directrice déléguée qui avait démarché mon complice et ami, Ousmane Alédji pour donner corps et couleur au texte, la création a connu bien de péripéties avant d’être programmée pour le 1er octobre. J’ai alerté mes amis et faire le tour de ceux qui, ici ou ailleurs, attendaient cette représentation. Cette œuvre a connu de multiples approches ici et là, au Bénin et ailleurs dans le monde. Mais la démarche de Ousmane Alédji qui veut faire du texte un spectacle complet alliant Chant, danse, poésie et Slam, le tout décliné en plusieurs langues promet une alchimie de tous les arts de la scène. Tout était prêt pour que la belle messe ait lieu, que les artistes réunis dans cette aventure donnent la pleine mesure de leur talent. Mais l’Institut français, à la veille de la représentation, sans avis et sans consultation y a mis fin. J’en suis déçu et dégouté », se désole l’écrivain reprochant ainsi à l’Institut français un manque de concertation avec tous les partenaires impliqués dans cette création.  Il est tout de même utile de rappeler que le conseil des ministres du 1er Octobre 2021 a pris des décisions ayant trait à la prévention de la Covid-19 et parmi celles-ci, figure la fermeture des discothèques et structures assimilées, la suspension des manifestations à caractère culturelle et festive pour ne citer que ceux-là.

 

Teddy GANDIGBE   

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.