« Savoir et mieux agir »/Csa-Bénin: De l’hygiène menstruelle

0 0

Que savoir des dispositions de la loi N°2022-04 du 16 février 2022 sur l’hygiène publique en République du Bénin sur l’hygiène menstruelle? Élément de réponse dans le nouveau numéro de la rubrique « Savoir et mieux agir » de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin) publié jeudi, 31 mars 2022. Faut-il le rappeler, la rubrique se veut une tribune qui édifie les travailleurs sur le contenu des lois encadrant le monde du travail au Bénin.

 

SAVOIR ET MIEUX AGIR/CSA-BÉNIN

De l’hygiène menstruelle

La loi N°2022 du 16 février 2022 sur l’hygiène publique en RB dispose:

Tout établissement public ou privé, notamment les établissements de formation et d’enseignement, comprend au minimum un espace simple séparé tant pour les hommes que pour les femmes, respectueux de l’intimité et un espace disposant de savon, d’eau potable, de matériel de protection hygiénique pour la toilette intime et le lavage des mains, du linge menstruel et des vêtements, ainsi que de poubelles à couvercle pour changer et éliminer les protections hygiéniques.

La séparation des espaces sanitaires n’est pas nécessaire au niveau des ménages. Toutefois, des dispositions sont prises pour veiller à la sécurité et au respect de l’intimité de l’occupant et lui permettre de se changer et de se laver en route dignité.

Tout établissement de formation et d’enseignement de tout niveau, aussi bien public que privé, sur toute l’étendue du territoire national, dispose dans son infirmerie, de matériels de protection hygiénique pour favoriser la gestion hygiénique des menstrues.

Les déchets solides menstruels notamment le linge et les serviettes hygiéniques non réutilisables sont soigneusement emballés dans du papier ou un sac adapté et déposés dans les poubelles à couvercle disposées dans les espaces sanitaires pour en faciliter l’incinération ou la gestion ultérieure. Il est interdit de les jeter dans des fosses peu profondes, sur les dépotoirs sauvages, dans les plans d’eau.

Les structures publiques ou privées, notamment les établissements scolaires, les centres de santé, les marchés, les gares routières et les autres établissements humains ont le devoir de mettre en place une filière de gestion des déchets menstruels.

La gestion des déchets menstruels aboutit à leur incinération.

La coût de l’incinération incombe aux établissements concernés.

Il est fait obligation aux établissements privés autres que ceux cités plus haut de mettre en place une filière complète de gestion des déchets menstruels, aboutissant à leur incinération.

 Pour inciter les femmes et jeunes filles au respect des gestes sanitaires préconisés au présent chapitre et pour donner la garantie de sécurité nécessaire, la méthode de l’incinération qui préserve de tout risque d’usage culturel criminel des déchets de menstrues est la seule retenue pour l’élimination des déchets menstruels. Le coût de l’incinération incombe à chaque ménage ou établissement ici cité.

Où et suivant quelle périodicité faut-il incinérer les déchets menstruels ?

 Philippe OREKAN FE /CSA

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.