Séance d’échange hebdomadaire avec la presse: Matin Libre accueille Wilfried Léandre Houngbédji

0 2

Les locaux du Groupe de Presse Matin Libre ont accueilli la Séance d’échange hebdomadaire du Secrétaire général Adjoint du gouvernement, Porte-parole du gouvernement avec la presse, vendredi 16 juillet 2021. Au menu des échanges de Wilfried Léandre Houngbédji avec les professionnels des médias, des sujets brûlants de l’actualité au titre desquels fuguent entre autres : les grandes conclusions du séminaire national sur l’enseignement supérieur, le recensement complémentaire des artisans, la mise en place d’un programme spécial d’immersion et de pré-insertion professionnelle des jeunes médecins et paramédicaux nouvellement sortis des facultés et institutions de formation en sciences sociales et les performances de la Douane béninoise.

 

Selon le Porte-parole du gouvernement, les rencontres hebdomadaires avec la presse visent à favoriser une meilleure compréhension de l’action publique et permettre aux hommes des médias, de disposer de la matière pour apprécier l’action publique, en vue de relever les insuffisances, ou de noter les avancées.  Les réformes engagées par le gouvernement dans le secteur de l’Enseignement supérieur ont occupé une place prépondérante dans les débats. A en croire Wilfried Léandre Houngbédji, le diagnostic posé au niveau de l’enseignement secondaire révèle que « l’enseignement supérieur, en recevant les contingents venant du secondaire, forme généralement pour la  recherche de l’emploi, et non pour l’emploi ».  Au niveau supérieur, poursuit-il, le diagnostic révèle la caducité du système et des pratiques.  Ainsi, pour renforcer la décision du gouvernement de renforcer l’enseignement technique, il a été mis en place une commission au niveau du supérieur, composée d’acteurs du système. L’analyse des résultats du rapport issu des travaux de ladite commission a donné lieu à un séminaire. Il en ressort la nécessité d’envisager l’Université  béninoise en général et publique en particulier, sous de nouveaux jours, afin qu’elle soit de plus en plus efficace dans la formation des étudiants. Un point d’honneur sera mis, à en croire le Secrétaire général adjoint du gouvernement, au suivi rigoureux, notamment par la mise en place entre autres d’un organe de contrôle d’éthique, de la régularité de l’enseignant, de la pratique de l’enseignement, les critères d’évolution dans les grades… Les textes élaborés à cet effet ont reçu, selon ses propos, l’onction des séminaristes à travers leur adoption, tout ceci dans la sauvegarde des droits acquis des enseignants.

Cette réforme structurelle de l’enseignement supérieur sera accompagnée d’une politique infrastructurelle à travers l’instauration d’une nouvelle dynamique, a-t-il rassuré. L’une des recommandations du rapport reste par ailleurs la révision des franchises universitaires, en vue d’améliorer les conditions sécuritaires dans les universités publiques béninoises.

L’organisation des examens nationaux

La mesure du gouvernement relative à l’organisation des examens nationaux de licence et master est d’ordre social, a fait savoir Wilfried Léandre Houngbédji. Ceci, en vue de rentabiliser les investissements des parents d’étudiants, mais également pour donner les mêmes chances aux enfants du Bénin inscrits dans les universités publiques, que privées. Conjoncturelle au départ, la mesure devient structurelle. Cela permettra aux étudiants, qui le désirent, de jouir d’un diplôme officiellement délivré par l’État, au-delà de celui délivré par un établissement privé.

Autres sujets

sLes performances de la douane béninoise ont également retenu l’attention des professionnels des médias. Pour le Porte-parole du gouvernement, elles procèdent de la rigueur dans la gestion des biens publics, ne laissant pas la place à la déperdition.

Pour sa part, le recensement complémentaire des artisans initié par le gouvernement a pour objectif d’alimenter les statistiques, mais également de  permettre la mise en place de la chambre des métiers de l’artisanat. Quant au Programme spécial d’immersion et de pré-insertion professionnelle des jeunes médecins et paramédicaux nouvellement sortis des facultés et institutions de formation en sciences sociales, il entre en droite ligne du vaste programme de recrutement initié par le gouvernement et vise à soutenir les jeunes médecins et paramédicaux,  dans l’acquisition d’expériences, mais également dans leurs projets de spécialisation dans des domaines pointus.

 

Thomas AZANMASSO

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.