Sommés de vider les lieux: Les acquéreurs de parcelles de Tankpè et Agori-Finafa se concertent

0 1

Le collectif des acquéreurs victimes de la décision arrêt N°120/20 du 11 août 2020 de la Cour d’appel de Cotonou, relative  à l’évacuation de la zone de Tankpè et Agori- Finafa par les occupants, s’est réuni samedi 3 juillet 2021 au Complexe Scolaire les Génies de Tankpè. À l’ordre du jour, des échanges entre le bureau dudit collectif et les membres de l’Association de développement de Tankpè, mais également avec les acquéreurs de parcelles de la zone concernée, en vue de trouver les voies et moyens pour contrecarrer la décision.

 

Par décision arrêt N°120/20 du 11 août 2020, la Cour d’appel de Cotonou fait commandement aux occupants des parcelles situées dans la zone de Tankpè et Agori Finafa dans la commune  d’Abomey-Calavi, d’avoir, dans les trente (30) jours pour tout délai à : Soit racheter les parcelles qu’ils occupent ou à défaut, déguerpir, rendre libre, vider, évacuer tant de leurs personnes, de leurs biens ainsi que de tous occupants de leur chef, lesdites parcelles. Face à cette décision, la réaction des acquéreurs ne s’est pas fait attendre. Des dispositions ont été prises, et ont abouti à la mise en place d’un collectif avec à sa tête un bureau. À la rencontre d’échanges du samedi dernier avec les membres de l’association de développement de la localité et les acquéreurs concernés, le président du collectif a fait le point des démarches menées. À en croire Sylvain  Hodonou, à la suite de la notification de la décision, les acquéreurs victimes se sont mobilisés « pour étudier la situation et chercher les voies et moyens à mettre en place  pour contrecarrer la décision ». Une correspondance a, de ce fait, été adressée au maire d’Abomey Calavi, afin de lui porter l’information. L’occasion a été saisie pour  adresser une demande d’audience à l’autorité communale le 2 juillet dernier, « afin de lui expliquer de vive voix,  toute la situation du quartier ». La réaction du maire est vivement attendue par les acquéreurs, a fait savoir le président. Selon ses explications, il a par ailleurs été procédé  au recensement des acquéreurs des parcelles de la zone concernée. Les frais générés par les démarches y afférentes ont été couvertes par les cotisations apportées par chaque membre du bureau. La rencontre a permis à chaque participant, d’apporter son grain de sel,  en vue d’un aboutissement heureux des démarches. À son terme, le président du collectif Sylvain  Hodonou s’est félicité de la participation active des acquéreurs et a salué la grande disponibilité et la franche collaboration des membres de l’association de développement.

Th. A.

Société – Matin Libre

Leave A Reply

Your email address will not be published.