Tresses multicolores et multiformes : En quête de beauté, les femmes dans des liens spirituels

0 0

Elles sont de plus en plus prisées par les jeunes dames. Ce sont les coiffures et tresses faites à base des mèches à plusieurs colorations. Si le but principal est la quête de l’esthétique féminine, il n’en demeure pas moins qu’elles comportent des risques sur le plan spirituel pour les femmes qui s’y adonnent.

Couleur rouge au vin associée au noir, couleur cendre ou aluminium mélangée au blanc, du jaune, belge du bleu avec le noir, parsemées parfois de cauris artificiels comme enjoliveurs. Ce sont entre autres couleurs adoptées par les jeunes filles. Principal objectif, s’offrir un nouveau look pour se rendre plus belle. Viviane, une étudiante à la faculté de Droit de l’Université d’Abomey-Calavi, justifie son amour pour les tresses colorées, par le désir d’avoir une beauté plus attirante. « Les cheveux qui ont des couleurs variées sont jolis et attrayants. Ils nous permettent d’avoir un nouveau visage », confie Esther, servante dans une buvette à Abomey-Calavi. Même son de cloche chez Affivi, une collègue de Esther : « Moi, j’aime les tresses qui ont une coloration blanche associée avec les mèches de couleur cendre, parce que je capte l’attention des clients et leurs compliments ne tarissent jamais ». Si pour les unes, cette mode relève de leur bon vouloir, ce n’est pas le cas chez d’autres femmes rencontrées dans les rues d’Abomey-Calavi qui affirment que leur style de coiffure est le choix de leurs copains.

A chaque couleur son énergie !
Certes ces types de tresses procurent de l’esthétique mais renferment des énergies spirituelles pour celles qui s’y adonnent. A en croire Jorille Hounkpè, fils du Hounnongan Vicetogbé Gbèlimanbou, haut dignitaire du culte Thronkpétodéka, chaque couleur à sa signification dans le monde spirituel. Ainsi le blanc symbolise la pureté, la bonne vertu, le rouge symbolise le « feu qui est une incarnation de la divinité Hêviosso », la force, la vigueur, la ténacité, le noir traduit l’obscurité, le jaune qui exprime la jalousie, le prestige, le bleu ciel traduit la beauté du ciel, la couleur verte qui est synonyme de la vertu des plantes.

Il est à comprendre de ses explications que les autres couleurs en dehors du noir y compris même l’architecture de certaines tresses peuvent être des canaux faciles pour établir des liens avec les esprits, qui ont pour attribut cette couleur. Et du coup, elle peut subir les effets négatifs. A titre illustratif, « celle qui a pour habitude de porter les vêtements de couleur rouge y compris les tresses colorées rouges peut subir les influences de la divinité Hêviosso », souligne-t-il. Ainsi, les couleurs de tresses que font habituellement les femmes peuvent avoir des retombées spirituelles au regard de la manière dont ces tresses se font. Par exemple, il y en a qui symbolisent des rondeurs et même des courbes de la divinité Dan et de la divinité Mami. Et à Jorille Hounkpè de poursuivre : « Cette dernière qui se retrouve chez la plupart des jeunes dames et demoiselles souvent de teint clair a une influence un peu négative sur elles ». Une situation qui trouve son fondement dans la beauté physique artificielle de ces jeunes dames qui sont livrées à des énergies négatives qui les tourmentent. C’est en définitive, un canal qui permet la liaison avec des divinités telles que Dan, Hêviosso et Mami. Outre la couleur, il y a aussi les enjoliveurs tels que les cauris et les perles.

Des suites désastreuses !
Selon Jorille Hounkpè, la plupart des jeunes filles portées vers les tresses multicolores exercent des métiers très peu orthodoxes. A l’en croire, il y en a qui sont des filles de joie, qui travaillent dans des maquis et bars restaurants. « … elles sont poussées par un amour démesuré pour l’argent, à la prostitution… ». Pour éviter les déviances qui s’observent, il indique le recours aux coiffures et tresses africaines.
Landry SOKEGBE (Stag)

Fraternité

Leave A Reply

Your email address will not be published.