Volley-ball : Formation des entraîneurs cours niveau1 Fivb : Des participants se prononcent

0 0

 

Une des salles du Cas de Parakou qui accueille, depuis le 23 octobre 2021, la formation des entraineurs de Volley-ball, Cours niveau1 organisé par la Fédération béninoise de volley-ball (Fbvb). Elle s’achèvera le 1er novembre 2021 avec la participation des Coachs, des animateurs, des enseignants d’Eps spécialistes de volley-ball et des anciens joueurs en reconversion. Les différents participants nous livrent leurs impressions et font la synthèse des leçons retenues après ces quelques jours de formation.

 

Tabe Djawal, Entraineur de l’équipe nationale et de Etincelle volley-ball club de Parakou : « C’est un honneur pour moi de participer à cette formation des entraineurs cours niveau 1 de la fédération internationale de volley-ball. Cette formation tombe à point nommé, car elle intègre déjà notre programme d’action au niveau de la Fédération nationale de volley-ball béninoise. Elle permet à tous les participants d’avoir tous ce qu’il faut pour pouvoir donner ce retour aux jeunes qui sont la pépinière du volley-ball et le poumon du sport en général. Je ne saurais terminer sans remercier l’expert sénégalais Mbaye Dème. A travers ses cours théoriques et pratiques on a vraiment acquis de très belles notions qu’on ignorait et qui vont vraiment nous permettre d’atteindre les résultats escomptés au niveau des jeunes. Ce monsieur est vraiment nanti, il a les qualités qu’il faut. De par ses expériences qu’il essaye de nous transmettre, nous sommes vraiment aguerris. C’est un satisfécit et nous allons profiter de cette occasion pour demander à la fédération de ne plus cesser et d’organiser de temps en temps des formations du genre. Car nombreux veulent faire cette formation et donner une formation aux jeunes qui trainent et veulent faire du volley-ball. »

 

Ballovi Tchidimé Honorine, enseignante d’EPS en formation : « Moi j’ai aquis beaucoup de choses au cours de cette formation. Certes, j’étais dans une école de sport, mais il y a des spécificités que j’ai eues grâce à l’expert. Je suis capable de ramener un élève, un enfant d’un niveau 0 de la discipline volley-ball à un niveau plus ou moins 1. Ça, je suis vraiment contente et c’est une joie. Malgré ma formation en Eps et mes capacités de joueuses, j’avais du mal à travailler avec un novice de la discipline pour le ramener à mon niveau ou plus car entre la théorie et la pratique il y a une grande différence. Je remercie vraiment l’expert pour son déplacement et ceux qui ont pensé à moi pour participer à cette formation.»

 

Salihou Issa, coach de l’USB-Etoile Filante de Parakou : « Cette formation nous avons appris beaucoup de choses. Je suis coach, y avait de ces trucs que nous faisons, mais avec cette formation on a pu centraliser tout ce qu’il y a à faire. Par exemple, lors de l’échauffement, nous faisions l’échauffement sans chronométrer d’habitude, mais grâce à cette formation, on nous a dit que chaque séquence doit être chronométrée. Ensuite, on a parlé de la spécialisation, il est mauvais de commencer la spécialisation très tôt ce que nous faisions. Il faut commencer cette spécialisation à partir de 15 ans. En dehors de cela, il y a plusieurs facteurs en fonction du milieu dans lequel nous sommes, quelles sont les facteurs sur lesquels il faut s’appesantir. Je veux parler de l’adaptation du joueur. Lorsque l’on a une compétition il faut se rendre une semaine à l’avance afin que les joueurs puissent s’adapter aux habitudes thématiques de l’endroit. Je tiens à adresser un grand remerciement la fédération à travers son Président Monsieur Ali Yaro et son équipe qui a pensé à cette formation, car nous en avions vraiment besoin. »

 

Issifou Hadidjatou, ancienne joueuse en reconversion : « Une très bonne chose, c’est une belle initiative venant de la Fédération béninoise de volley-ball. En tout cas, vu ce que je vois, ça veut dire nous étions en manque d’entraineurs. Avec cette formation nous aurons des coachs de qualité qui vont former des élèves / volleyeurs prometteurs. J’ai retenu beaucoup de choses. Pour avoir un bon champion, parce que nous sommes appelés à former les jeunes, futurs volleyeurs, il faut une formation de base. Pour avoir une formation de base, il y a des exercices qu’il faut faire avec les élèves pour permettre leurs croissances afin qu’ils soient compétitifs et d’autres qu’il ne faut pas faire. »

 

Moussouvikpo Victorien, Professeur certifié de EPS à Bohicon, coach de l’équipe féminine de Bohicon : « Cette formation vient à point nommé parce que elle vient apporter une information importante. Elle vient relever le niveau de formation des encadreurs des différentes équipes. J’ai eu la chance de rencontrer ici plusieurs coachs, encadreurs et des élèves professeurs d’Eps. Cela vient renforcer les acquis qu’on a eus au cours de la formation à l’Injeps. Cela montre vraiment qu’il reste à apprendre puisque la connaissance ne finit jamais. Cette formation donne une méthodologie de travail des enfants, des manières de concevoir les choses, des méthodes, des exercices spécifiques pour amener la performance lors des saisons à venir au volley. Elle permet aussi de vulgariser un peu plus la discipline. Grâce à cette formation, on a appris comment concilier études et les entrainements afin qu’ils aillent ensemble pour ne pas créer de problèmes au niveau du parcours scolaire des enfants. Parce que les deux doivent aller de pairs pour que la performance soit totale. »

 

Kouyema Innocente, joueuse de Vesos Vbc en reconversion : « Je remercie la Fédération. Ça fait plaisir que cette année beaucoup de personnes s’y soient intéressés. Parce que si le volley-ball doit décoller, cela passe forcément par la formation. Et si l’on n’a pas des gens compétents pour cela ça ne pourra pas aller. Ce qui me réjouit est que cette formation tient compte de nos réalités, de ce que nous vivons ici en Afrique avec les enfants. Tous les thèmes tiennent compte de ce que nous vivons ici. Personnellement, j’ai gardé beaucoup de choses, parce que la formation des enfants au Volley n’est pas le même en Afrique qu’en Europe. En Europe les enfants commencent tôt alors qu’en Afrique, c’est un peu plus tard à partir de 13 ans voir 14 ans. On a abordé beaucoup de thèmes. En tant qu’entraineur, tu ne dois forcement pas savoir ce que l’enfant va manger, mais savoir de tel âge à tel âge ce dont il a vraiment besoin pour sa croissance. Cette formation n’est pas que technique, mais prend compte tous les aspects allant dans la croissance de l’enfant. »

 

De Parakou, Pérez Lekotan et Judicaël Lamidi

 

L’article Volley-ball : Formation des entraîneurs cours niveau1 Fivb : Des participants se prononcent est apparu en premier sur BeninSports.

BeninSports

Leave A Reply

Your email address will not be published.